1. DE MOISSAC A SAINT JEAN PIED DE PORT

  2. LE CHEMIN DE SAINT JACQUES DE COMPOSTELLE

  3. LES TAMPONS DU PARCOURT.
  4. Site à visiter avant de partir http://www.chemins-compostelle.com/

    "Chez Gérard du Camino" : Cet espace jacquaire est fait pour vous.
    Venez me voir pour parler de vos projets et / ou partager vos souvenirs avec d'autres pèlerins !
     Ouverture les vendredi et samedi de 13h30 à 18h30 ou sur rendez-vous au :
    36 rue Racine, Montrouge 92120
    Tél. 01 46 56 03 77 / 06 22 09 00 59
     - Itinéraire sur la page d'accueil de -
     http://perso.wanadoo.fr/gerard-du-camino

    ? Bonjour et bienvenu aux visiteurs et visiteuses du SASKATCHEWAN n'hésitez pas a laisser un message peut-être avez vous fait le chemin de compostelle ;-)

    Vous trouverez en fin de page un questionaire merci de le remplir et un petit billard pour se détendre.

Faites vous plaisire laissé un petit mot dans le livre d'Or

    FIÉVET Claude
    Appt Nº11 Résidence Carroussel
    6 Terrasse Carroussel
    47200 Marmande
    05.53.64.95.58
    fievetclaude@gmail.com
    http://clfievet.free.fr
    http://gw.geneanet.org/traverso2
    http://gw.geneanet.org/index.php3?b=fjp83

Retour Généalogie et Blog.




21 mai 2000 Moissac
22 mai 1°Etape MOISSAC — AUVILLARD
23 mai 2°Etape AUVILLARD — MIRADOUX
24 mai 3°Etape MIRADOUX — LECTOURE
25 mai 4°Etape LECTOURE LA — ROMIEU
26 mai 5°Etape LA ROMIEU — CONDOM
27 mai 6°Etape CONDOM — SEVIAC
28 mai 7°Etape SEVIAC — EAUZE
29 mai 8°Etape EAUZE — NOGARO
30 mai 9°Etape NOGARO — AIRE SUR ADOUR
31 mai 10°Etape AIRE SUR ADOUR — MIRAMONT SENSACQ
1° juin 11°Etape SENSAQ — ARZACQ
2 juin 12°Etape ARZACQ — ARTHEZ de BEARN
3 juin 13°Etape ARTHEZ — SAUVELADE
4 juin 14°Etape SAUVELADE — NAVARENX
5 juin 15°Etape NAVARENX — AROUE
6 Juin 16°Etape AROUE — OSTABAT
7 juin 17°Etape OSTOBAT — ST JEAN PIED de POR


Dimanche 21 mai 2000                     MOISSAC
Ville de départ dans le Tarn et Garonne
Nous avons quitté, mon frère et moi, Villeneuve sur Lot pour rejoindre Moissac départ de notre périple.
Sur place vers 10 h, nous avons la journée pour faire du tourisme avant de rejoindre le gîte où nous coucherons ce soir.
Moissac est une ville étape importante sur le chemin du Puy. C’est tout naturellement que nous nous dirigeons vers la cathédrale. Nous y croisons des pèlerins.
La Cathédrale Saint-Pierre, de réputation mondiale, avec le magnifique tympan de l’Apocalypse et le cloître aux soixante-seize chapiteaux est un chef-d’œuvre roman.

Après la visite de l’église nous déambulons en ville ,il fait beau et ne sommes pas pressés de rejoindre le gîte qui se trouve à la sortie de la ville. Nous faisons quelques courses pour la route demain .
Après avoir déposé nos sacs au gîte Bidounet, nous ressortirons pour dîner en ville. Je ne sais pas comment serons les gîtes tout au long du parcours, celui ci semble ne pas plaire à quelques pèlerins qui repartent.
Nous verrons bien.

Lundi 22 mai
MOISSAC — AUVILLARD.

Pressés que nous sommes ! nous quittons Bidounet avant 7 heures du matin. Nous savons que cette première étape sera plate tout le long du chemin de halage du canal de la Garonne, avec en point de mire la centrale atomique de Golfech et son panache de fumée.
Le sac nous paraît léger nous déchanterons assez vite d'ailleurs et très vite aussi je ne dis pas merci à celui qui a écrit que le chemin pouvait se faire avec comme chaussures une bonne paire de basket, mon œil, ou alors en plein mois d’août. En mai, sur le bord du canal il y a de la rosée, et nous avons très vite les pieds mouillés. Pas très agréable, nous le saurons pour l’avenir.
C’est le cœur en fête que nous avançons, beau temps, juste un léger vent.
L’arrivée sur Auvillard se fait par un petit raidillon très sec qui coupe les pattes du frangin. Passant devant le gîte fermé il nous faut aller dans le village, pour récupérer la clé et payer la nuitée.

Il n’est pas midi, nous sommes lundi les commerces sont fermés, c'est donc vers un petit snack–bar que nous dirigeons pour déjeuner.
Je suis content, nous avons couvert les 18 kilomètres en 5h, pause comprise.
Cette fois-ci, nous sommes entrés dans le vif du sujet. Après le repas, un peu de tourisme pour visiter la ville, typique du Sud Ouest. En autre, son marché couvert, halle circulaire bien placée au centre de la place du vieil Auvillard, des maisons du 16 et 18° siècle.
Nous regagnons notre habitation, les pèlerins arrivent remplissant les dortoirs. Du balcon de cette maison nous avons une vue magnifique sur la vallée de la Garonne, rien que cela nous paie de l'effort d’aujourd’hui.


Mardi 23 mai
AUVILLARD ­— MIRADOUX

Nous quittons Auvillard à 6 h 40. Pour se diriger vers le Gers et Miradoux. Toujours gonflés à bloc. Je m’aperçois assez vite que le Gers n’est pas le plat pays, au contraire de belles rondeurs, amples avec de belles courbures nous avalons cela sans grandes difficultés, quoique, … nous montons lentement une pente de 8km puis nous nous laissons glisser, tout aussi lentement sur le même nombres de kilomètres. Amusant j’en conclu que le Gers est un département "rond".

Nous passons, sans encombre, les villages de saint Antoine et de Flamarens. Très beaux endroits et je fais des photos, histoire de ramener des souvenirs.
A Miradoux, une surprise : le gîte est fait de petits chalets individuels, en pleine campagne, le luxe quoi. Arrivé avant midi, nous préparons notre repas que nous prendrons là sur une petite terrasse du chalet, il manque juste le pastis.


Une pèlerine vient nous rendre visite, une petite parisienne d’une 50 aine d’années que nous allons souvent voir au cours de notre périple.
Une Vrai figure du chemin. On lui dit bonjour elle nous dit le reste. Mais j'aurai l’occasion d'en reparler.
                                                                                                                                                            Un marcheur le frangin?

Mercredi 24 mai
MIRADOUX — LECTOURE

Il fait beau temps, nous reprenons notre marche dès 7 h du matin, pour une étape d’une 20 aine de km, et mes fiches me disent que le terrain est accidenté. Allons courage, suffit de mettre un pied devant l’autre ,et puis consolation le paysage est beau.
Nous arrivons sans encombre à Lectoure, ayant vu de très loin ce clocher particulier de la cathédrale.
Nous passons à l’office du tourisme pour retrouver notre gîte, pas mal avec petites chambrées.
Visite de la ville, ses vieilles rues pittoresques. Courses dans une grande surface il faut bien penser à l’intendance.

Jeudi 25 mai

LECTOURE — LA ROMIEU

Angéline
La belle légende des Chats.
Nous quittons Lectoure avec un ciel bien bas et gris. Il est 6 h 10, le jour se lève à peine. C’est parfait il ne fera pas chaud pour faire les 19 km qui vont nous mener à La Romieu.
Ville jacquaire s’il en est, étape pour les pélerins venant de Rome, et d'Italie en général.
Petite ville, sympa, avec cette collégiale superbe, un cloître de toute beauté, l'ensemble flanqué d’une tour octogonale. Majestueux navire planté là en pleine campagne Gasconne.
Mais la Romieu a aussi une belle légende: Angeline ou la légende des chats.
Cette petite fille, très tôt orpheline et adoptée, avait une passion pour les chats, puis il y eut an l’an 1342 et les années suivantes une grande disette, les gens de La Romieu n’ont survécu qu’en mangeant les chats si nombreux dans leur village. Angeline a caché un couple de ses amis préférés, et pu les garder malgré la grande famine.
Un temps meilleur revint sur La Romieu, seulement voilà, plus de chats! la ville fut infestée par les rats. Angeline avoua qu’elle avait gardé ses chats et qu’elle disposait d’une vingtaine de chatons que des habitants pouvaient adopter. Et les rats disparurent rapidement. Angeline sauva La Romieu.
Sur la place du village des sculptures de chats sont posées sur les bords de fenêtres.
L’après midi, visite guidée et commentée avec brio, de la collégiale et du cloître.
Une belle étape avec un gîte correct: La Romieu ça chante

Vendredi 26 mai

LA ROMIEU — CONDOM

Petite étape de 11 kilomètres. Départ de la Romieu à 6 h 25 et après 2 h 30 de marche nous arrivons au gîte de Condom à l’heure où les derniers pèlerins quittent celui-ci pour l’étape suivante. Nous avons "avalés" ces kilomètres à plus de 5 km à l’heure. C’est dire la forme.
Une bonne journée pour faire une grosse lessive et du tourisme. Pensez donc ! Une ville sur le chemin de Compostelle en Armagnac, de quoi faire chanter nos cœurs, nos palais aussi.
Visite, entre autre, de la Cathédrale dont un des évêques fut Bossuet.
J’en profite pour faire développer les premiers films.
Dans la soirée un bel orage, nous fait rester au gîte avec les autres personnes. En autre un Norvégien portant belle barbe, retraité de la marine marchande, que nous retrouvons depuis quelques jours le soir au gîte. Il nous dit que ç’est la quatrième fois qu'il "fait" Compostelle. Nous irons jusqu'à Saint Jean Pied de Port avec lui.

Samedi 27 mai

CONDOM — Montréal sur Gers — SEVIAC.

Nous laissons Condom à 6h 10 par un temps frais et un chemin boueux, détrempé à souhait, où l’on s’enfonce bien, aux risques d’y laisser les chaussures, un vrai délice !

Eglise de Comdom
A Montréal, arrêt pour reprendre des forces, faire des courses, Le gîte de Séviac est situé à quelques kilomètres de là sur un magnifique site Gallo Romain: mosaïques du 4è siècle, vastes thermes, toujours en cours de fouille.
Gîte précaire mais suffisant, nous avons la chance d’avoir une petite chambre, juste 2 lits, nous sommes chez nous. Le repas sera pris sur place avec d’autres pèlerins. Non s’en avoir au préalable fait le tour de la villa Gallo Romaine, visite commentée par un guide. Pèlerinage et culture. Les jambes le matin, la tête l’après–midi.

La nuit sera de tout repos
Piscine Romaine

Dimanche 28 mai.

SEVIAC — EAUZE.

Il pleut, c’est moins gai, la pluie n’arrête pas le pèlerin, et après un petit déjeuner copieux et enfilé le poncho, nous partons, il est 6 h 30.
Nous marcherons pendant 18km sur le GR 65 transformé en bourbier, on patine littéralement, difficile mais amusant ou le contraire ?
A « Bretagne en Armagnac », dans le seul bistrot du village, Il y a déjà quelques marcheurs, nous y faisons une bonne collation, avec des pâtisseries, spécialités de la région, espérant que la pluie va s’arrêter.
Nous regagnons Eauze, la pluie a cessé, nous posons notre sac au gîte, allons visiter la capitale de l’Armagnac, ses vieilles maisons à colombages et nous offrir un café et un armagnac. C’est une obligation, non ?

Lundi 29 mai.

EAUZE — NOGARO.


Encore 5 h de marche, avec une météo pas clémente du tout, pluie fine, poncho obligatoire, brouillard, aucune visibilité. Il nous faut avancer, avançons donc en regardant le bout de nos chaussures. Nous gagnons directement le gîte, ignorant la ville.
L’accueil des marcheurs se fait dans un établissement récent, avec des petits dortoirs à 2 lits.
Le repas du soir sera pris avec d'autres pèlerins, sur une grande table commune, où l’on met en commun tous les aliments et du vin du pays, ça réchauffe.

Notre passage dans les Landes
Mardi 30 mai.

NOGARO — AIRE sur ADOUR.

Journée de repos, temps déplorable.nous décidons de visiter la ville et de rejoindre Aire sur Adour en car.
Nous disposons de l’après-midi, pour profiter d’une laverie automatique et sécheuse pour refaire peau neuve ! Une nécessité après ces jours de pluie.
Le gîte est hors ville, pas très bien fléché mais nous y retrouvons les mêmes personnes qu’hier et rebelote pour un repas en commun, un festin en somme. Salade de riz offerte par le Canadien, pâté de chevreuil par Mireille, couscous garbit amélioré par Claude, mon cuisinier de frère, un coup de rouge offert par Roland le varois. C'est Byzance !
Une nouvelle étape, le changement dans la continuité, mais tout va bien

Mercredi 31 mai.

AIRE sur ADOUR — MIRAMONT SENSACQ.

Départ 6 h 05, arrivée 10 h 30 à Miramont de Sensacq 16 km parcourus en
4 heures, on tient la forme, temps couvert, pas de pluie, même un rayon de soleil à l’arrivée. Casse- croûte à la terrasse du café. Etape sans gîte.
Nous rejoignons l’hôtel vers 15 h. Le luxe aujourd ‘hui. Parfait, après un bain, repas au resto.

Repas ?? mon cuistot fait défaut

Jeudi 1er. juin

MIREMONT SENSACQ — ARZACQ.

Départ 6 h 13 heureux, tellement heureux que nous loupons une bifur, résultat un tour de ville gratis. Nouveau départ 6 h 45 pour effectuer les 20 km, arrivée prévue vers 11 h.
Le paysage est là aussi magnifique, on découvre les Pyrénées Atlantiques sous le soleil, les pentes se font aussi plus difficiles.
Arrivée comme prévue 11 h pile, je suis un chef; repas frugal : mon cuistot n’est pas à la hauteur. Nous profitons de l’après-midi pour entretenir le « matos »
Le repas du soir sera pris Au Foyer Rural pour la modique somme de 40 F, il y a là une bonne trentaine de pèlerins, bon moment de repos en toute cordialité;
Chapelle romane de Caubin

Un petit détour agréable

Vendredi 2 juin;

ARZACQ — ARTHEZ.

C’est une longue étape qui nous attend aujourd’hui, 28 bons km dans cette région très vallonnée une étape un peu longue, impossible de faire autrement. Départ à 5h 49 avec un brouillard assez dense, mais le soleil percera. Avançons donc, le paysage est beau et le pique-nique de midi se prendra tranquillement assis dans l’herbe. Heuuureux!
Dans le courant de l’après midi je me déroute pour aller visiter la chapelle de Caubin, seul. Une belle chapelle Romane, là en pleine campagne magnifiquement restaurée, avec un curieux clocher – mur, et un gisant gothique.
Quand j’arrive au gîte, Claude est déjà là, à préparer le repas du soir. C’est bien.

Samedi 3 juin

ARTHEZ — SAUVELADE.

Autant l’étape d’hier était longue autant celle d’aujourd’hui sera courte : à peine 16 kilometres. Je tenais absolument à faire étape à la Sauvelade pour deux raisons : la première c’est qu’après une longue étape il en faut une courte et la seconde c'est que l’abbatiale de Sauvelade est importante sur le chemin.
L’église Saint Jacques le Majeur de Sauvelade, vestige d’une ancienne abbaye. Abside et absidioles romanes et une statue de St Jacques superbe.
Gîte sympa avec petits dortoirs, une grande salle à manger, des sanitaires nombreux, c'est parfait. Nous prendrons le repas avec une grosse équipe de randonneurs du Sud-Ouest qui ont fait aussi le chemin Cathare vaste sujet qui occupe une bonne partie de la soirée.
Petite journée tranquille sans soleil, mais tout va bien. Demain nous verrons.

Dimanche 4 juin

SAUVELADE — NAVARENX.

Navarenx, ville étape aussi importante, parce que le curé de cette paroisse est une figure du pèlerinage, avec son apéro le soir au presbytère. J’ irai sans mon frangin ,? ? ?
17 km, nous nous approchons des Pyrénées ça grimpe, allez courage. Nous marchons, il ne pleut pas mais presque, légère bruine.
Après 3 h 10 de marche nous arrivons à Navarenx.
Je laisse mon sac et le frangin dans un bistrot le gîte est fermé Je vais à la messe, où il y a beaucoup de monde et des pélerins, Un groupe important d’Allemands et aussi des Péruviens rieurs.
L’après-midi tourisme dans la ville fortifiée, ballade sur les remparts, photos et après le petit coup de Jurançon chez Monsieur le Curé.
Repas du soir au gîte, je suis certain que la nuit sera bonne.

La Sauvelade Navarenx

Lundi 5 juin

NAVARENX — AROUE.

Nous avons 19 km à faire aujourd’ hui. Selon notre bonne habitude maintenant, nous partons tôt, 6 h plutôt parti, plutôt arrivé : à 10 h 30, nous n’avons pas traîné, malgré la pluie et le terrain accidenté.
Gîte très couleur locale, une ancienne grange aménagée, correcte avec cuisine, douche, wc, sympa avec une porte d’entrée à quatre battants. Dortoirs de 6 lits. En fin de matinée arrive trois jeunes. Anita une Canadienne, Vincent un Suisse, parti de chez lui, et Arnaud un petit gars de Saint Etienne. Il a fabriqué lui-même son bourdon très beau avec des essences de bois différentes, c'et une très belle pièce.
Nous dînerons au village voisin La Charité, avec d’autres pèlerins, neuf en tout. Nous regagnons nos pénates. Dehors, il pleut qu’importe nous sommes bien dans cette grange modernisée
Le Gîte, La grange tout confort
pour 6 pèlerins?

Mardi 6 juin

AROUE — OSTABAT

Avant dernière étape, un petit 25 km environ. Avec la forme que nous tenons, une simple formalité ! ! Nous quittons le gîte - grange à 6h30, ainsi nous ne marcherons qu’une bonne matinée. Le temps est couvert, le soleil essaye bien de percer sans trop de succès, et nous nous régalons quand même à la vue des paysages sur les Pyrénées, la montagne est belle. Tout se passe bien jusqu'à la stèle qui marque le point de jonction des 3 chemins venant de France. Une petite halte, quelques photos. Nous reprenons la marche jusqu’au bourg de Harambeltz.Et là : damnation ! ! ! Je perds les repères, le chemin monte de plus en plus, se fait étroit, très étroit pour ne devenir qu’une ornière boueuse, un marigot ! La marche se fait difficile, nous avons de la boue jusqu’à mi- mollet, on perd le sourire, il bruine. Nous progressons tout de même, pas envie de faire marche arrière. Nous passons par-dessus la carcasse d’une brebis. Aucun repaire, arrivé en haut du chemin, pas de doute nous sommes perdus. Après réflexion, nous prenons un chemin balisé de jaune, sans conviction.

A l’arrivée au gîte on ressemble plus à des GI à l’entraînement qu’à des pèlerins de Compostelle, mais bon, on bombe le torse! Nous sommes tout de même les premiers arrivés, vite! déshabillage, lavage, douche, direction l’épicerie pour le repas de midi à 14 h 15
Il nous faut, après cette aventure un met consistant: un cassoulet en boite fera l’affaire.
Dans l’après-midi deux pèlerins nous rejoignent les pauvres ils se sont égarés dans un chemin plein de boue et on trouvé une brebis morte !
Le soir diner avec Mireille, qui n’as pas eu le temps de faire les courses,
Mon cuisinier, nous fait une "crique" vulgaire omelette de pommes de terres râpées, pâté, yaourt, pomme. Allons ça ira comme ça.
Demain nous ferons la dernière étape.


Mercredi 7 juin
OSTABAT ­ SAINT JEAN PIED DE PORT

C'est la dernière étape pour nous, Nous arrivons au terme de notre périple, je voulais me tester ça va l'année prochaine on pourra faire le chemin jusqu'à Compostelle.
Pour le moment les derniers 24 km sont à faire, il est presque 7 h du mat,
Il fait doux, temps idéal pour la marche, même le soleil fait son apparition.
Nous arrivons tranquille à 12 h 15 à Saint Jean. Direction le gîte.
Après un petit repas léger, nous visitons, maisons pittoresques, Porte St Jacques et aussi l’Eglise Notre Dame du Bout de Pont (comme à Villeneuve sur Lot) les remparts.
Nous passons à la maison des pèlerins, pour les tampons, ce sont des Lorguais qui nous reçoivent j'apprends que je suis le 2883 ieme à être passé par-là.
Nous prenons un dernier café cognac avec Pierre, le Normand, que nous avons côtoyé sur les dernières étapes
C'est fini, d’après Claude 303 km de fait pour 74 h de marche
Demain nous reprendrons le train pour rentrer, mais nous repartirons d’ici , en avril prochain, pour aller à Saint Jacques, si Dieu le veut




Encore 3 petites minutes, pour remplir le questionnaire et me faire par de vos observations ou questions. Merci

Ce lien vous renvoie à une page contact Par ici

 

 

Un peu de détente un petit billard récupéré avec java

Retour Généalogie et Blog.